19 Décembre, 2020   |  dans Balados 

Épisode 13 : L’extrême favoritisme envers un parent, que faire?


Partager

Je veux maman, pas toi papa.

et vice-versa.

L’as-tu déjà reçue comme une tonne de brique cette phrase là? Bien qu’elle soit très courte, elle ne fait pas moins mal.

« Pas toi maman, pas toi papa », fait probablement partie du vocabulaire de tous les enfants de la planète. Régulière, mais toujours aussi déchirante!

Oui, ça fait mal à l’égo. 

Mais pourquoi? Pourquoi mon enfant exprime un rejet envers moi ou mon conjoint.te? Qu’est-ce qui cloche? Qu’est-ce que je fais de mal? Est-ce que mon enfant m’aime moins? Oui, c’est normal d’avoir toutes ces questions et ces doutes en tête!

Et oui c’est normal. De la même façon que c’est normal que tu choisisses d’appeler ta mère ou ta meilleure amie, plutôt que ton père ou ton oncle quand ça ne va pas, bien que tu les estimes tous autant.

Il est important de comprendre le favoritisme à l'égard d'un parent.

Comprendre. Avoir accès au point de vue de son enfant. C’est la base en éducation positive et respectueuse. C’est primordial de comprendre, pour être en mesure de s’adapter, d’adapter nos réactions, nos interventions, nos choix de mots, nos actions.

Dans l’épisode suivant, je réponds donc à la question d’une maman qui vit ce genre de situation et d’inquiétude. 

J’explique donc pourquoi le favoritisme ou l’impression de vivre un rejet arrive parfois dans certaines familles. J’explique finalement  comment réagir pour le minimiser. 

Mélanie Fortier


ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉE ET CONSEILLÈRE PÉDAGOGIQUE,
CRÉATRICE ET RÉDACTRICE AU CONTENU PARENTALITÉ ET PETITE ENFANCE

Autres articles

Leave a Reply


Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Devenez un parent moderne!